Letter to CNWC Signatories July 17, 2018

A french version follows

(PDF, English) |  (PDF, français)

July 17, 2018

Dear CNWC Signatories,

This message comes to you as one who has endorsed the Call for negotiations towards a Nuclear Weapons Convention and thus has supported this initiative under Canadians for a Nuclear Weapons Convention (CNWC). Four key points are briefly addressed:

1. changes in the disarmament environment since this initiative was begun in 2009;

2. the structure and workings of the CNWC initiative and its Steering Committee;

3. our most recent communication with the Prime Minister; and

4. plans for an Ottawa seminar as part of our ongoing program to bring the urgent need for disarmament, including the need to codify nuclear disarmament provisions through a Nuclear Weapons Convention, to the attention of the Canadian Government and Parliamentarians.

1 . In 2009 Murray Thomson, O.C., John Polanyi, C.C., and Douglas Roche, O.C. began inviting distinguished Canadians who had been honoured by the Order of Canada to join a “Call on all member States of the United Nations – including Canada – to endorse, and begin negotiations for, a Nuclear Weapons Convention.” You and more than 1,000 others have endorsed that Call.

In the early days of this initiative we were enjoying a moment of heightened hope that nuclear weapon states would find the political will to accelerate reductions to their nuclear arsenals. President Barack Obama had spoken forcefully for nuclear disarmament and the UN Security Council, which of course included Russia and China, found the consensus to resolve “to seek a safer world for all and to create the conditions for a world without nuclear weapons, in accordance with the goals of the Treaty on the Non-Proliferation of Nuclear Weapons (NPT).” The US and Russia agreed, through their New START Treaty, to limit their deployed strategic arsenals to 1,550 warheads each. And with the UN Secretary-General we dared to hope that the international community, including nuclear weapon states, would soon be open to exploring the detailed agreements, regulations, institutional arrangements, and verification mechanisms needed to realize the widely shared objective of the irreversible elimination of nuclear weapons – with all such provisions codified in a Nuclear Weapons Convention.

We still dare to hope, but the circumstances have become increasingly dire. Rather than pushing toward a world without nuclear weapons, the major powers are pressing toward nuclear weapons “modernization” and have produced a world in which the danger of nuclear weapons use has risen sharply. UN Secretary-General Antonio Guterres, in issuing a new “Agenda for Disarmament,” warns that “we are one mechanical, electronic and human error away from a catastrophe that could eradicate entire cities from the map.” So, instead of repeating his predecessor’s bold call for negotiations on a convention, he is focused on urging nuclear weapon states to at least make good on the commitments they have already made. He nevertheless affirms that “the total elimination of nuclear weapons remains the highest disarmament priority of the United Nations,” and we thus continue to call for a Nuclear Weapons Convention to guide the international community toward the realization of a world without nuclear weapons (the core Call that you have endorsed remains, although the introductory paragraph has been adjusted to reflect current circumstances – see Appendix 1).

One truth is inescapable: nuclear disarmament has not become easier-quite the reverse. For this precise reason, it has become even more urgent.

2. Because our collective pursuit of nuclear disarmament is both daunting and urgent, our CNWC initiative is organized for persistence. Our effort has always been modestly funded, but steady and ongoing – and many of you have responded generously to our occasional requests for support for particular events. We are especially grateful we have now been awarded a three-year operating grant by The Simons Foundation of Vancouver, which has enabled us to hire a part-time support staff person to maintain the still growing list of persons joining our Call and to assist us in communications with government and in organizing events. Special events will continue to require additional funding.

CNWC is structured as a Project of the Canadian Pugwash Group; we are not a separate organization. We therefore operate within the Pugwash mandate and program (linked to International Pugwash which was awarded the Nobel Peace Prize in 1995), and all of our financial arrangements and transaction are managed by Canadian Pugwash.

Our Steering Committee is made up of Murray Thomson, Douglas Roche, David Silcox, Ernie Regehr, Bev Delong, Adele Buckley, and Cesar Jaramillo. We have followed the custom of having a rotating Chair, Debbie Grisdale having most recently served in that position, with Ernie Regehr now serving as the Chair.

We are also served by an Advisory Panel of 25 persons. This group of distinguished Canadians (listed in Appendix 2) is available to provide counsel and advice, and to collaborate with us in pursuit of our common objective.

3. In November 2017 we wrote a detailed letter to the Prime Minister, making the point that the UN-negotiated Treaty on the Prohibition of Nuclear Weapons, while not meeting the requirements for a comprehensive convention, is a significant step in the right direction. We urged Canada to sign and ratify the new treaty. We also encouraged Canada to become a leader within NATO in seeking the denuclearization of the Alliance and urging it into conformity with the goal of a world without nuclear weapons.

Some 30 of you, a group broadly representative of the thousand plus Canadians who have endorsed the Call for the start of negotiations on a Nuclear Weapons Convention, signed the letter. The response from the Government has been discouraging. Canadian representatives, at international nuclear disarmament forums like the Nuclear Non-Proliferation Treaty Review Conferences, continue to insist that Canadian security relies on nuclear deterrence.

As we reminded the Prime Minister:

The elimination of all nuclear weapons, and an end to the military doctrine of nuclear deterrence, is an objective that Canada has long shared with the international community, knowing that the use of even one of the 15,000 nuclear weapons still in existence would have catastrophic humanitarian consequences. The tenacity with which nuclear weapon states seek to retain and even “modernize” weapons whose use would be in direct violation of international humanitarian law, makes a mockery of the solemn commitments they made and legal obligations they assumed under the Nuclear Non-Proliferation Treaty (NPT). Canada must take extreme care not to aid them in their abdication of responsibility.

4. Finally, we will of course be continuing our non-partisan efforts to press the Federal Government to act in urgent support of nuclear disarmament, not only because of Canada’s historic support for it, but because today’s nuclear arsenals are an existential threat to our security and the planet itself.

We continue to be inspired by your commitment and support and by the worldwide movement that seeks to pull the planet back from the brink of nuclear destruction. We remain committed to taking small but persistent steps in support of bold Canadian action for disarmament – the seminars that delve into particular elements of the nuclear weapons challenge, the letters to the Prime Minister that argue for effective national action, and the sessions with Parliamentarians to inform them on nuclear issues and to urge them to speak in their respective caucuses in support of bolder disarmament measures and initiatives.

On October 1 we will join other organizations in an Ottawa seminar that will examine dangerous trends in US and NATO nuclear postures and policies. That event will also explore ways to support nongovernmental organizations in their efforts to offer nonpartisan background information and policy proposals to interested candidates for election.

On behalf of the CNWC Steering Committee I want to assure you of our continued attention to nuclear disarmament imperatives and opportunities. We are honoured and challenged by your commitment to disarmament. We interpret your Call for a Nuclear Weapons Convention as a strong mandate to continue the pressure on Canadian legislators and policy makers to act boldly and diligently in support of nuclear disarmament.

We would be delighted to hear from you and welcome any comments, criticisms, and suggestions.

Sincerely,

Ernie Regehr, O.C.
Chair, CNWC Steering Committee


Appendix 1

 A Call for Canadian Action on Nuclear Disarmament

The United Nations General Assembly’s first resolution (January 24, 1946) called for the elimination of nuclear weapons from national armaments. That remains the formal objective of the international community, but it has not prevented a monumental nuclear arms race, the legacy of which is dangerously present in the almost 15,000 nuclear weapons that remain in national armaments, some 1,800 of which are on high alert and capable of being fired on 15 minutes’ notice. In 2017 the UN General Assembly adopted the Treaty on the Prohibition of Nuclear Weapons, which opened for signature on 20 September 2017. It marks a significant milestone in the pursuit of a world without nuclear weapons and Canada should sign it as a matter of urgency. This nuclear prohibition treaty reinforces the need for a comprehensive Nuclear Weapons Convention through which to codify the agreements, regulations, institutional arrangements, and verification measures essential to accomplishing the prohibition and irreversible elimination of nuclear weapons.

Accordingly, we call on all member states of the United Nations – including Canada – to endorse, and begin negotiations for, a Nuclear Weapons Convention.


Appendix 2

Members of the CNWC Advisory Panel

Carolyn Acker, CM, Toronto, ON
Bruce Aikenhead, OC, Salmon Arm, BC
Christopher Barnes, CM, Victoria, BC
Gerry Barr, CM, Antigonish, NS
Michel Bastarache, CC, Ottawa, ON
Tony Belcourt, OC, Ottawa, ON
Paul Copeland, CM, Toronto, ON
Gisèle Côté-Harper, OC, Quebec, QC
Nigel Fisher, OC, New York City
Margaret Hilson, OC, Vancouver, BC
Dan Ish, OC, Saskatoon, SK
Pierre Jeanniot. OC, Montreal, QC
Bruce Kidd, OC, Toronto, ON
Patrick Lane, OC, Victoria, BC
Margaret MacMillan, CC, London, UK
Elizabeth May, OC, Saanich, BC
Audrey McLaughlin, OC, Whitehorse, YT
Alex Neve, OC, Ottawa, ON
Landon Pearson, OC, Ottawa, ON
Nancy Ruth, CM, Toronto, ON
Jennifer Simons, CM, Vancouver, BC.
Gérard Snow, CM, Moncton, NB
Setsuko Thurlow, OC, Toronto, ON
Jean Vanier, CC, Trosly-Breuil, France
Lois Wilson, CC, Toronto, ON


17 juillet 2018

Madame /Monsieur,

Ce message, envoyé à toutes les personnes qui ont souscrit à l’initiative du Rassemblement canadien pour une convention sur les armes nucléaires (le RCCAN), concerne les quatre points suivants :

1. la nouvelle donne en matière de désarmement depuis le lancement du RCCAN en 2009;

2. la structure et le fonctionnement du RCCAN et de son comité directeur;

3. notre dernière communication avec le premier ministre;

4. un projet de séminaire à Ottawa s’inscrivant dans la poursuite de nos efforts pour sensibiliser le gouvernement du Canada et les parlementaires canadiens à l’urgence du désarmement nucléaire et à l’opportunité d’une convention sur les armes nucléaires.

1. En 2009, Murray Thomson, O.C., John Polanyi, C.C. et Douglas Roche, O.C. ont pris l’initiative d’inviter des personnes émérites faisant partie de l’Ordre du Canada à souscrire à une déclaration engageant « tous les États membres des Nations Unies, le Canada compris, à appuyer l’adoption d’une convention sur les armes nucléaires (…) et à entamer les pourparlers nécessaires à cet effet ». Vous y avez souscrit, ainsi que plus de mille autres personnes.

Dans les premiers temps, nous avions bon espoir que les pays nucléarisés auraient la volonté politique d’accélérer la réduction de leurs arsenaux nucléaires. Le président Barack Obama s’était prononcé fermement pour le désarmement nucléaire, et la Russie et la Chine s’étaient jointes aux autres membres du Conseil de sécurité de l’ONU pour adopter une résolution réclamant un monde plus sécuritaire pour tous par la création de conditions favorables à un monde libéré des armes nucléaires conformément aux objectifs du Traité de non-prolifération nucléaire (le TNP). Les États-Unis et la Russie s’étaient mis d’accord, dans le cadre du renouvellement de leur Traité sur les armements stratégiques offensifs (le traité START), pour limiter le déploiement de chacun de leurs arsenaux stratégiques respectifs à 1 550 ogives. Et, de concert avec le secrétaire général de l’ONU, nous avions l’audace d’espérer que la communauté internationale, y compris les pays nucléarisés, serait ouverte à explorer les accords, la réglementation, les arrangements institutionnels et les mécanismes de vérification nécessaires à l’atteinte de l’objectif commun de l’élimination irréversible des armes nucléaires, le tout codifié dans une convention sur les armes nucléaires.

Nous gardons toujours espoir, mais les circonstances sont devenues de plus en plus difficiles. Au lieu de progresser vers un monde délivré des armes nucléaires, les grandes puissances se contentent de préconiser la « modernisation » des armes nucléaires et ont créé une situation dans laquelle le danger du recours aux armes nucléaires a augmenté considérablement. Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, dans une nouvelle mouture de l’Agenda pour le désarmement, prévient que nous ne sommes qu’à une erreur près – mécanique, électronique ou humaine – d’une catastrophe susceptible d’enrayer des villes entières de la carte. Alors, au lieu de reprendre à son compte le vœu audacieux de son prédécesseur pour des pourparlers en vue d’une convention, il a choisi de presser les pays nucléarisés à, tout au moins, respecter les engagements qu’ils ont déjà pris, tout en affirmant que l’élimination complète des armes nucléaires demeure la première priorité de désarmement des Nations Unies. Par conséquent, nous allons continuer de réclamer une convention sur les armes nucléaires apte à guider la communauté internationale dans la voie vers un monde dépourvu d’armes nucléaires. La déclaration que vous avez souscrite demeure donc en vigueur, mais, comme l’indique l’appendice 1, le paragraphe introductif a été retouché pour mieux refléter la donne actuelle.

Un fait demeure : le désarmement nucléaire n’est pas devenu plus facile, bien au contraire. Son urgence n’a fait qu’augmenter.

2. Pour cette raison, il est important que le RCCAN soit organisé de manière durable. Notre initiative a toujours bénéficié d’un soutien financier modeste mais continu; aussi plusieurs d’entre vous ont répondu généreusement à nos sollicitations ponctuelles. Nous sommes reconnaissants en particulier d’avoir obtenu une subvention de fonctionnement de trois ans de la Fondation Simons de Vancouver, laquelle nous a permis d’engager une personne à temps partiel pour s’occuper de la liste grandissante de nos adhérents et nous aider dans les communications avec le gouvernement et l’organisation d’activités. Les activités spéciales vont continuer d’exiger du financement additionnel.

Le RCCAN fonctionne comme projet de Pugwash Canada; nous ne formons pas une organisation autonome. Nous travaillons ainsi dans le cadre de la mission et du programme du mouvement Pugwash (lié à Pugwash International, qui a reçu le Prix Nobel de la paix en 1995) et toutes nos opérations financières sont administrées par Pugwash Canada.

Notre comité directeur est composé de Murray Thomson, Douglas Roche, David Silcox, Ernie Regehr, Bev Delong, Adele Buckley et Cesar Jaramillo. Nous faisons la rotation à la présidence, Ernie Regehr occupant actuellement cette fonction à la suite de Debbie Grisdale.

Nous pouvons aussi compter sur l’appui d’un comité consultatif de 25 éminents Canadiennes et Canadiens (voir l’appendice 2), qui nous donne des conseils et collabore avec nous à la réalisation de notre objectif commun.

3. En novembre 2017, nous avons écrit une longue lettre au premier ministre, dans laquelle nous faisions valoir que le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires, même s’il ne répond pas à l’objectif d’une convention globale, constitue un pas important dans la bonne direction. Nous recommandions vivement au Canada de signer et de ratifier ce nouveau traité. Nous encouragions aussi le Canada à exercer un leadership au sein de l’OTAN en matière de dénucléarisation et d’engagements vers un monde dépourvu d’armes nucléaires.

Une trentaine d’entre vous, groupe largement représentatif du millier de Canadiennes et de Canadiens qui ont souscrit à la demande de pourparlers en vue d’une convention sur les armes nucléaires, ont bien voulu ajouter leur signature à cette lettre. La réponse du gouvernement a été décevante. Les représentants du Canada aux divers forums internationaux de discussion sur le désarmement nucléaire, tels que les conférences d’examen du Traité de non-prolifération nucléaire, continuent de défendre l’idée de la dissuasion nucléaire pour le bien du Canada.

Comme nous le rappelions pourtant au premier ministre :

L’élimination de toutes les armes nucléaires, y compris la mise au rancart de la doctrine militaire de la dissuasion nucléaire, est un objectif que le Canada a longtemps poursuivi de concert avec la communauté internationale, sachant bien que le recours au moindre de ces 15 000 armes nucléaires encore existantes aurait des conséquences catastrophiques pour l’humanité. La ténacité avec laquelle les États pourvus d’un armement nucléaire cherchent à retenir et même à « moderniser » des armes dont l’usage contreviendrait directement au droit humanitaire international tourne en dérision les engagements solennels qu’ils ont pris et les obligations juridiques qu’ils ont assumées en adhérant au Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP). Le Canada doit faire tout ce qu’il peut pour ne pas les aider à se soustraire à leurs responsabilités.

4. En dernier lieu, nous poursuivrons, bien entendu, nos efforts non partisans visant à presser le gouvernement fédéral à intervenir diligemment en matière de désarmement nucléaire, non seulement à cause de l’appui historique du Canada en ce sens, mais aussi parce que les arsenaux nucléaires d’aujourd’hui sont une menace existentielle à notre sécurité et à celle de la planète tout entière.

Nous continuons d’être inspirés par votre engagement et votre appui et par le mouvement mondial qui tente d’éloigner la planète du gouffre de la destruction nucléaire. Nous voulons continuer de prendre des actions modestes mais persistantes pour emmener le Canada à faire preuve de plus d’audace en matière de désarmement : la tenue de séminaires qui explorent des aspects particuliers de la problématique nucléaire, des lettres au premier ministre faisant valoir l’urgence d’une action nationale efficace, des rencontres avec les parlementaires pour les sensibiliser aux enjeux nucléaires et les encourager à intervenir dans leurs caucus respectifs en faveur de mesures et d’initiatives plus fermes pour le désarmement.

Le 1er octobre, à Ottawa, nous nous joindrons à d’autres groupements dans un séminaire consacré à l’examen des tendances inquiétantes aux États-Unis et au sein de l’OTAN en ce qui concerne leurs positions et politiques nucléaires. Cette activité explorera aussi des moyens de venir en aide aux organisations non gouvernementales qui s’efforcent de diffuser de la documentation et des idées non partisanes en matière de désarmement nucléaire auprès des candidates et aux candidats politiques.

Au nom du comité directeur du RCCAN, je voudrais enfin vous assurer que nous allons continuer d’appliquer toute notre attention aux exigences et aux possibilités de la dénucléarisation. Nous sommes touchés et interpellés par votre engagement envers le désarmement. Nous interprétons votre revendication d’une convention sur les armes nucléaires comme un mandat fort pour continuer à faire pression sur les parlementaires et décideurs canadiens pour qu’ils agissent audacieusement et diligemment en faveur du désarmement nucléaire.

Nous serions ravis de vous entendre et de recevoir vos commentaires, critiques et suggestions.

Bien cordialement,

Ernie Regehr, O.C.
Président du comité directeur du RCCAN


Appendice 1

Pour une action canadienne en matière de désarmement nucléaire

La toute première résolution de l’Assemblée générale des Nations Unies (du 24 janvier 1946) réclamait l’élimination des armes nucléaires des arsenaux nationaux. Cet objectif, que la communauté internationale n’a jamais abandonné, n’a pourtant pas empêché une course effrénée aux armes nucléaires qui nous laisse aujourd’hui avec près de 15 000 armes nucléaires dans les arsenaux nationaux, dont quelque 1 800 capables d’être lancées à 15 minutes de préavis. En 2017, l’Assemblée générale de l’ONU a adopté le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires, ouvert aux signatures depuis le 20 septembre 2017. Ce traité est une étape importante dans la poursuite d’un monde dépourvu d’armes nucléaires, et le Canada se doit d’y adhérer diligemment. Le traité vient renforcer le besoin d’une convention globale sur les armes nucléaires qui codifierait les accords, la réglementation, les arrangements institutionnels et les mesures de vérification nécessaires à la réalisation de l’interdiction et de l’élimination définitive des armes nucléaires.

En conséquence, nous engageons tous les États membres des Nations Unies, le Canada compris, à appuyer l’adoption d’une convention sur les armes nucléaires et à entamer les pourparlers nécessaires à cet effet.

 


Appendice 2

Membres du comité consultatif du RCCAN

Carolyn Acker, C.M., Toronto ON
Bruce Aikenhead, O.C., Salmon Arm BC
Christopher Barnes, C.M., Victoria BC
Gerry Barr, C.M., Antigonish NS
Michel Bastarache, C.C., Ottawa ON
Tony Belcourt, O.C., Ottawa ON
Paul Copeland, C.M., Toronto ON
Gisèle Côté-Harper, O.C., Québec QC
Nigel Fisher, O.C., New York NY
Margaret Hilson, O.C., Vancouver BC
Dan Ish, O.C., Saskatoon SK
Pierre Jeanniot, O.C., Montréal QC
Bruce Kidd, O.C., Toronto ON
Patrick Lane, O.C., Victoria BC
Margaret MacMillan, C.C., Londres UK
Elizabeth May, O.C., Saanich BC
Audrey McLaughlin, O.C., Whitehorse YT
Alex Neve, O.C., Ottawa ON
Landon Pearson, O.C., Ottawa ON
Nancy Ruth, C.M., Toronto ON
Jennifer Simons, C.M., Vancouver BC
Gérard Snow, C.M., Moncton NB
Setsuko Thurlow, O.C., Toronto ON
Jean Vanier, C.C., Trosly-Breuil FR
Lois Wilson, C.C., Toronto ON