Letter to Prime Minister Justin Trudeau, 09 Nov 2018: Making Nuclear Crisis De-escalation and Persistent and Intensified Disarmament Diplomacy a National Priority

PDF download En & Fr

November 9, 2018

The Right Honourable Justin Trudeau
Office of the Prime Minister
80 Wellington Street
Ottawa, ON K1A 0A2

Dear Prime Minister,

The Canadian Network to Abolish Nuclear Weapons and Canadians for a Nuclear Weapons Convention write in the face of a deepening global nuclear crisis to urge you and your Government to make crisis de-escalation and persistent and intensified disarmament diplomacy a national priority.

The following draws your attention to four elements of this escalating nuclear threat and identifies ways in which Canada can help move the international community, including our allies in NATO, to a more effective pursuit of the collective goal of a world without nuclear weapons. We fear, along with the International Pugwash movement, that without urgent action, we will witness the “disintegration of the current arms control regime.” And we join Pugwash in warning that “decades of effort to build an architecture of restraint are unravelling because key lessons from the early Cold War years seem to have been forgotten.”

Nuclear dangers

First among the troubling elements of the deepening nuclear threat is the radical deterioration of East/West relations, notably the heightened tensions between Russia and NATO. The refusal to engage in sustained diplomacy and strategic dialogue, in a serious effort to set a durable foundation on which to de-escalate tensions and build mutual security, points to a future of grave uncertainty and repeated bouts of political hostility and military sabre rattling that threaten to spiral out of control.

A second and related element of the current nuclear crisis is the dysfunctional state of bilateral and multilateral arms control/disarmament institutions and practices. One manifestation of this dysfunction is the Geneva-based Conference on Disarmament’s decades-long obstruction, due in part to antiquated procedural rules, of efforts by Canada and like-minded states to achieve a treaty to control fissile materials for weapons purposes. At the same time, the fully approved Comprehensive Nuclear Test Ban Treaty continues to languish under an unusually daunting entry-into-force provision. Of particular worry is the current absence of any bilateral US/Russia or multilateral strategic arms control and disarmament talks, even as Washington prepares to abrogate the Intermediate Nuclear Forces Treaty and questions the value of the 2011 New START Treaty. The growing fragility of the Nuclear Non-Proliferation Treaty (NPT) is indisputable, and without action by the nuclear weapon state parties to show good faith in addressing their Article VI disarmament obligations, the 2020 Review Conference is destined to fail and non-nuclear weapon states will increasingly question the value and wisdom of their unrequited compliance with the non-proliferation provisions of this essential Treaty.

Third, the current nuclear weapons “modernization” programs will have obvious and long-term deleterious implications for disarmament and, if not curbed, will result in chronic destabilization and escalating of risks of nuclear use. Re-armament programs are especially intense in the United States and Russia, but, in fact, all states with nuclear weapons are engaged in either “improving” or expanding their arsenals. Among those programs are the development of smaller and more accurate nuclear weapons which are welcomed by some as more “useable” – potentially leading political and military leaders alike to conclude that a limited nuclear strike could achieve specific military objectives without incurring nuclear retaliation. But escalation to nuclear use will not be confined to a single attack. This dangerous move toward nuclear use options is exacerbated by moves to deploy conventional and nuclear warheads on the same weapons systems, obscuring the conventional/nuclear divide and thus dramatically increasing the danger of nuclear use in a crisis.

Fourth, the current fourfold nuclear crisis is given special immediacy by the continuing stand-off on the Korean Peninsula and by Washington’s determined effort to destroy the 2015 nuclear deal with Iran (the Joint Comprehensive Plan of Action – JCPOA). The crisis of North Korea shows some tantalizing hints of progress, nevertheless it remains in the custody of unstable political leadership in both Pyongyang and Washington, and to that uncertainty is added Washington’s sustained attempt to sabotage the JCPOA’s effective verification of Iran’s commitment not to pursue a nuclear weapon.

A call to Canadian action

It is, of course, true that Canada alone cannot single-handedly alleviate and reverse these dangerous threats, but even on its own, Canada can be squarely on the side of restraint, diplomacy, negotiations, and a reset of global security dynamics away from military competition and in favour of mutuality and interdependence.

That said, as a quintessential middle power, Canada will find its most constructive impact in common with other states. Successive Canadian Governments have argued that membership in NATO gives Canada a seat at an important table, and now is the time to use the place at that table to build coalitions of support for a more stable, less polarized, less militarized and ultimately denuclearized world. NATO is directly engaged and implicated in the current nuclear crises, and it is incumbent on Canada to find, or more importantly, to create opportunities for collective action for disarmament within the Alliance.

At a civil society conference, held in Ottawa on October 1, 2018 under the sponsorship of Canadians for a Nuclear Weapons Convention (CNWC) and the Canadian Network for the Abolition of Nuclear Weapons (CNANW), participants identified a number of key measures for collective action designed to ease the existing nuclear crises and move the world toward an international political environment that will be more conducive to disarmament – towards actually advancing the daunting process of dismantling the nuclear sword of Damocles.

In this moment of crisis, Canadians need a national Government that is acutely aware of the nuclear dangers that confront us, and one that acts with courage and foresight to advance practical measures to rein in nuclear arsenals and revitalize the stabilizing nuclear non-proliferation and disarmament regime. We have been deeply disappointed that, beyond actions in support of a treaty to control fissile materials for weapons purposes, an important but hardly sufficient response to the totality of the nuclear threat, your Government has been largely quiescent on the nuclear disarmament file. It is time for Canada to rise above the present inertia and take on the mantle of a determined middle power seized of the urgency of the moment and willing to exert leadership in all the forums in which the nuclear question figures prominently (notably the United Nations First Committee and General Assembly, the NPT Review Conferences, and the North Atlantic Council).

The Prime Minister of Canada should regularly speak publicly and forcefully to help Canadians understand the full extent and severity of the nuclear peril and to highlight the urgent imperative of nuclear disarmament. The obvious truth that there is much in the current international security environment that is inimical to nuclear arms control and disarmament cannot be an excuse for inaction or, worse, for deriding the efforts of others (for example, the negotiation and approval of the new Treaty on the Prohibition of Nuclear Weapons). Today’s challenging international security environment must be taken as an urgent call to action and be the occasion to embrace a recommitment to multilateral disarmament diplomacy and to invest the political capital and budgetary resources required to support such a commitment.

We further urge your Government to give substance to such a recommitment by pursuing the following proposals and initiatives and actively seeking the support and collaboration of like-minded states within and beyond NATO:

1. It is urgent that NATO and Russia undertake a serious security and strategic stability dialogue, and such an initiative needs champions within NATO. We are heartened by the OSCE’s structured dialogue, launched in 2016, which is currently focused on important East/West military security issues and the avoidance of escalation and disastrous miscalculation, but without a much broader security dialogue that also explores the re-invigoration of cooperative security mechanisms, military tensions will continue to fuel increased military spending, provocative exercises, and perpetual tensions. We urge Canada to become a consistent, persistent voice for East/West dialogue that stays the course, even in the face of egregious violations of international norms and laws.

2. We also call on you and your Government to publicly acknowledge that the Nuclear Non-Proliferation Treaty (NPT) is under threat, and that to save the Treaty the nuclear weapon states will have to take explicit measures to demonstrate their acknowledgement of, and commitment to, the disarmament that is required of them under the Treaty.

Disarmament action that Canada should prominently support includes:

a) a call to preserve the Intermediate-Range Nuclear Forces Treaty, to forthrightly address suspected violations, and to establish the longer-term goal of multilateralizing the Treaty, a stance consistent with Canada’s well-established work in support of ballistic missile controls and preventing the spread of ballistic missile technologies;
b) calls for the New START Treaty to be extended beyond February 2021 and for Russia and the United States to immediately begin negotiations toward further reductions to be formalized in a successor strategic arms control treaty; and
c) urging the hold-out states to ratify the Comprehensive Test Ban Treaty, and insisting that work towards a fissile materials control treaty be taken out of the Conference on Disarmament and pursued through multilateral negotiations authorized by the UN General Assembly – treaties to ban nuclear testing and to ban the production of fissile materials for weapons purposes were commitments made in 1995 as conditions of the indefinite extension of the NPT.

3. In response to nuclear powers “modernizing” their nuclear arsenals, Canada should work within NATO to support initiatives that would permanently reduce and ultimately eliminate the role of nuclear weapons in the Alliance’s defence policy, by:

a) adopting, in its collective declarations, realistic language about the dangers of nuclear weapons and insisting that nuclear disarmament, not nuclear deterrence, must be a key part of the “guarantee” and foundation for global security;
b) ending NATO’s nuclear sharing policy by which nuclear weapons are deployed in the territories of non-nuclear weapons states in the Alliance, and thus urging the repatriation of all US nuclear weapons (the B61 bombs) now in Europe back to the United States (and in the process finally moving NATO states into compliance with Articles I and II of the NPT); and
c) urging the Alliance to declare that it will never be the first to use nuclear weapons in a military conflict.

4. We also call on Canada to emphasize the critical importance of preserving the Joint Comprehensive Plan of Action on Iran and to call for a similar suite of verifiable de-nuclearization commitments to be established for North Korea and the entire Korean peninsula. The successful verifiable and irreversible rejection of nuclear weapons by both states is essential for the international community to have confidence in the non-proliferation regime embodied in the NPT and the safeguard system of the International Atomic Energy Agency.

Prime Minister, we are keenly aware of the daunting array of challenges that Canada faces. Climate change, environmental responsibility, and the urgent need to ween our society from its dependence on fossil fuels are themselves an overwhelming agenda, yet we know that they only head a long list of issues that require the diligent attention of you and your Government. Nevertheless, we implore you to assign nuclear disarmament a much higher priority among the issues and challenges you address. The nuclear threat is real and is made all the more urgent by the failure of responsible leadership in today’s Washington and Moscow. The international nuclear non-proliferation and disarmament regime needs more of Canada, working alongside other like-minded states bent on helping the world retreat from the nuclear precipice.

The above proposals set out a constructive, comprehensive agenda for reinvigorated Canadian nuclear disarmament diplomacy. We commend them to you and look forward to receiving your response to each of the points made and policies proposed, and we will be pleased to share that response with our supporters and the 19 civil society organizations represented in our networks.”

Sincerely,

 

Ernie Regehr
Chair, CNWC Steering Committee


Bev Delong
Chair, CNANW Executive Committee

 

Cc: The Hon. Chrystia Freeland, Minister of Foreign Affairs
The Hon. Andrew Scheer, Leader of the Opposition and Leader of the Conservative Party
Jagmeet Singh, Leader of the New Democratic Party
Elizabeth May, Leader of the Green Party
Rhéal Fortin, Interim Leader of the Bloc Québécois

 


9 novembre 2018

Le très honorable Justin Trudeau
Premier ministre du Canada
80 Wellington Street
Ottawa, ON K1A 0A2

Monsieur le premier ministre,

Le Réseau canadien pour l’abolition des armes nucléaires et le Rassemblement canadien pour une convention sur les armes nucléaires s’adressent à vous et à votre gouvernement, en cette crise nucléaire mondiale qui s’intensifie chaque jour, pour vous presser de faire de la désescalade de crise et d’une diplomatie persistante et intensifiée en matière de désarmement, une priorité nationale.

Nous désirons attirer votre attention sur les quatre éléments qui suivent, en ce qui concerne cette menace nucléaire croissante, et indiquer des moyens par lesquels le Canada peut aider la communauté internationale, y compris nos alliés de l’OTAN, à se rapprocher plus efficacement de l’objectif commun d’un monde débarrassé des armes nucléaires.  De concert avec le mouvement Pugwash international, nous craignons que, sans des mesures immédiates, nous assisterons à la « désintégration du régime actuel de contrôle des armes » et prévenons que « des décennies d’efforts pour échafauder une structure de retenue sont en train de s’effondrer en raison du fait que des leçons importantes du début de la Guerre froide semblent avoir été oubliées ».

Dangers nucléaires

Le premier des éléments troublants de la menace nucléaire croissante est la détérioration radicale des relations Est-Ouest, notamment les tensions accrues entre la Russie et l’OTAN. Le refus de s’engager dans une diplomatie soutenue et un dialogue stratégique, dans un effort sérieux pour établir des fondements durables à la désescalade des tensions et à la construction d’une sécurité mutuelle, ouvre la voie à un avenir très incertain et à des incidents répétitifs d’hostilité politique et de rodomontades belliqueuses qui risquent de monter en flèche.

Un deuxième élément de la crise nucléaire actuelle, apparenté au premier, est l’état dysfonctionnel des institutions et des pratiques bilatérales et multilatérales en matière de contrôle des armes ou de désarmement.  Ce dysfonctionnement se voit notamment dans l’obstruction – rendue possible, en partie, par des règles procédurales vétustes – que fait, depuis plusieurs décennies, la Conférence sur le désarmement, basée à Genève, aux efforts du Canada et de pays homodoxes pour en arriver à un traité visant le contrôle de matière fissile à fin militaire. Pendant ce temps, le Traité d’interdiction complète des essais nucléaires continue, malgré son adoption, de s’alanguir par suite de dispositions d’entrée en vigueur singulièrement rebutantes. Particulièrement inquiétante est l’absence, à l’heure actuelle, de pourparlers bilatéraux USA-Russie, voire multilatéraux, sur le contrôle stratégique des armes et le désarmement, alors même que Washington se prépare à abroger le Traité de limitation des armes nucléaires à moyenne portée et remet en question l’utilité du nouveau Traité START de 2011. La fragilité croissante du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP) est indiscutable et, sans une action de la part des puissances nucléarisées montrant leur volonté de mettre à exécution, de bonne foi, leurs obligations de désarmement prévues à l’article VI, la Conférence d’examen de 2020 se dirige vers un échec et les États non nucléarisés se demanderont de plus en plus s’il est vraiment utile et sage pour eux de se conformer aux dispositions de non-prolifération de ce traité capital.

Troisièmement, les programmes actuels de « modernisation » des armes nucléaires auront des effets évidents – et, à long terme, nuisibles – sur le désarmement et, s’ils ne sont pas réprimés, entraîneront une déstabilisation et une escalade chroniques des risques de recours au nucléaire.  Si les programmes de réarmement sont particulièrement en vogue aux États-Unis et en Russie, il n’empêche que, en fait, tous les pays nucléarisés sont occupés à « améliorer » ou à enrichir leurs arsenaux. Ces programmes visent notamment le développement d’armes nucléaires plus petits et plus précis, jugés favorablement par certains comme étant plus « utilisables », ce qui risque de mener les dirigeants autant politiques que militaires à conclure qu’une frappe nucléaire limitée peut permettre d’atteindre certains objectifs miliaires précis sans déclencher des représailles nucléaires. Mais le passage au nucléaire ne se limitera pas à une seule attaque. Cette tendance dangereuse vers des options nucléaires est exacerbée par la tentation de déployer des ogives conventionnelles et nucléaires dans les mêmes armements, ce qui vient brouiller la distinction entre le conventionnel et le nucléaire et augmente terriblement le danger du recours au nucléaire en situation de crise.

Quatrièmement, la crise nucléaire quadruple actuelle est devenue particulièrement pressante avec la confrontation continue sur la péninsule coréenne et avec la détermination de Washington d’anéantir le compromis nucléaire de 2015 avec l’Iran (appelé l’Accord de Vienne, ou Plan d’action global commun, sur le nucléaire iranien).  Quoique la crise nord-coréenne montre certains signes de progrès, elle demeure sous la responsabilité de directions politiques instables aussi bien à Pyongyang qu’à Washington, et à cette incertitude s’ajoute la tentative soutenue de Washington de saboter la vérification, que prévoit l’Accord de Vienne, des engagements iraniens à cesser la poursuite de son programme d’armes nucléaires.

Appel à l’intervention canadienne

Naturellement, le Canada ne peut seul alléger et inverser ces graves dangers, mais il peut, même seul, se faire le promoteur de la retenue, de la diplomatie, de la négociation et de la réorientation des dynamiques de la sécurité mondiale vers la réciprocité et l’interdépendance, à l’opposé de la concurrence militaire.

Cela dit, en tant que puissance typiquement moyenne, l’action du Canada sera plus efficace si elle est menée de concert avec d’autres pays. Puisque les gouvernements canadiens successifs ont soutenu que l’adhésion du Canada à l’OTAN lui donnait un siège à une table importante de concertation, le temps est venu pour lui de profiter de sa place à cette table pour construire des coalitions en vue de la réalisation d’un monde plus stable, moins polarisé, moins militarisé et, au final, dénucléarisé.  L’OTAN est directement engagée et impliquée dans les crises nucléaires actuelles, et il incombe au Canada de trouver, ou encore mieux, de créer des occasions d’action collective, au sein de l’Alliance, pour le désarmement.

Lors d’une conférence issue de la société civile, tenue le 1er octobre 2018 à Ottawa sous l’égide du Rassemblement canadien pour une convention sur les armes nucléaires (RCCAN) et le Réseau canadien pour l’abolition des armes nucléaires (RCAAN), les participants ont dégagé un certain nombre de mesures-clés pour une action collective visant à désamorcer les crises nucléaires actuelles et à orienter le monde entier vers une conjoncture politique internationale plus favorable au désarmement, c’est-à-dire à la levée progressive de cette terrible épée nucléaire de Damoclès.

En cette époque de crise, la population canadienne a besoin d’un gouvernement national très sensible aux dangers nucléaires qui la menace, qui agit avec courage et prévoyance en vue de promouvoir des mesures pratiques aptes à restreindre les arsenaux nucléaires et à revitaliser le régime stabilisant de la non-prolifération et du désarmement nucléaires. Nous avons été grandement déçus de constater que, à part un soutien à un traité visant le contrôle de la matière fissile à fins d’armements – mesure importante mais nettement insuffisante pour arrêter l’ensemble de la menace nucléaire –, votre gouvernement a été largement inactif dans le dossier du désarmement nucléaire.  Il est temps pour le Canada de se secouer de son inertie et d’assumer les responsabilités d’une puissance moyenne pleine de détermination, consciente de l’urgence et prête à exercer un rôle de premier plan dans tous les forums consacrés à la question nucléaire (notamment la Première Commission et l’Assemblée générale de l’ONU, les conférences d’examen du TNP et le Conseil de l’Atlantique Nord).

Le premier ministre du Canada devrait prendre la parole régulièrement pour s’attaquer au problème, afin d’aider la population à mieux comprendre l’étendue et la gravité du danger nucléaire et de faire valoir l’urgente nécessité du désarmement nucléaire. Il est bien évident que beaucoup de choses, dans la conjoncture sécuritaire internationale, sont défavorables au contrôle des armes et au désarmement nucléaires, mais cela ne doit pas servir de prétexte à l’inaction ou, pire, à la dépréciation des efforts des autres (par exemple, pour la négociation et l’adoption du nouveau Traité sur l’interdiction des armes nucléaires).  La conjoncture sécuritaire internationale d’aujourd’hui doit être vue par le Canada comme un appel urgent à l’action et comme l’occasion de renouveler son engagement envers la diplomatie multilatérale en matière de désarmement et d’affecter les ressources politiques et budgétaires nécessaires à cette fin.

Nous pressons aussi votre gouvernement à donner vie à cet engagement renouvelé en donnant suite aux propositions et initiatives qui suivent, tout en recherchant activement le soutien et la collaboration de pays homodoxes, au sein comme en dehors des rangs de l’OTAN :

1. Il est urgent que l’OTAN et la Russie entament un dialogue sérieux en matière de sécurité et de stabilité stratégique, initiative qui a besoin de fervents promoteurs au sein de l’OTAN. Nous trouvons encourageant le dialogue structuré de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), lancé en 2016, qui est actuellement concentré sur les enjeux importants en matière de sécurité militaire Est-Ouest tout en cherchant à éviter les escalades et les erreurs désastreuses de calcul; cependant, sans un dialogue beaucoup plus large qui explore, en plus, la redynamisation des mécanismes coopératifs de sécurité, les tensions militaires vont continuer de favoriser l’accroissement des dépenses militaires, les actes de provocation et les tensions perpétuelles. Nous souhaitons que le Canada devienne une voix constante, persistante dans un dialogue Est-Ouest qui tienne le coup, même devant les violations monumentales des normes et lois internationales.

2. Nous vous exhortons aussi, ainsi que votre gouvernement, à reconnaître publiquement le fait que le Traité de non-prolifération nucléaire (TNP) est menacé et que, pour le sauver, les États nucléarisés devront prendre des mesures expresses aptes à démontrer qu’ils reconnaissent les obligations de désarmement que leur confère le traité et qu’ils s’engagent à respecter ces obligations.

Voici certaines mesures de désarmement que le Canada devrait soutenir avec vigueur :

a) un appel au maintien du Traité de limitation des armes nucléaires à moyenne portée, à l’examen sans détour des violations apparentes, ainsi qu’à l’établissement d’un plan à long terme de multilatéralisation du traité, projet qui cadre bien d’ailleurs avec l’activité bien connue du Canada pour le contrôle des missiles balistiques et la prévention de la propagation des technologies balistiques;
b) un appel pour la prolongation du nouveau Traité START au-delà de février 2021 et pour que la Russie et les États-Unis entament immédiatement des négociations en vue de réductions additionnelles à inscrire dans une prochaine mouture du traité;
c) des pressions pour que les États rétifs ratifient le Traité d’interdiction complète des essais nucléaires et pour que les travaux relatifs à un traité sur le contrôle de la matière fissile soient retirés de la Conférence d’examen du TNP et deviennent plutôt l’objet de négociations multilatérales sous l’autorité de l’Assemblée générale de l’ONU (car les traités d’interdiction des essais nucléaires et de la production de matière fissile à fin d’armement ont fait l’objet d’engagements, en 1995, comme conditions à la prolongation indéfinie du TNP).

3. En réaction à la « modernisation » des arsenaux nucléaires par les puissances nucléarisées, le Canada se doit de travailler au sein de l’OTAN au soutien d’initiatives qui réduiraient de manière permanente et, en fin de compte, élimineraient la place qu’occupent les armes nucléaires dans la politique de défense de l’Alliance; il s’agit notamment pour l’OTAN :

a) d’employer, dans ses déclarations communes, des propos réalistes relativement aux dangers des armes nucléaires et insister sur le fait que c’est le désarmement nucléaire, plutôt que la dissuasion nucléaire, qui est au cœur de la « garantie » et des fondements de la sécurité mondiale;
b) de mettre fin à sa politique relative au partage nucléaire, laquelle permet de déployer des armes nucléaires dans les territoires de pays non nucléarisés au sein de l’Alliance, en passant par le rapatriement de toutes les armes nucléaires américaines (les bombes B61) qui se trouvent actuellement sur le sol européen (et du même coup emmenant les États membres de l’OTAN à se conformer aux articles I et II du TNP);
c) de déclarer qu’elle ne sera jamais la première à recourir au nucléaire en cas de conflit militaire.

4. Nous demandons aussi au Canada d’insister sur l’importance cruciale de préserver l’Accord de Vienne (ou Plan d’action global commun) sur le nucléaire iranien et sur l’opportunité d’obtenir des engagements similaires, en matière de mesures vérifiables de dénucléarisation, pour la Corée du Nord et la péninsule coréenne tout entière. Le rejet vérifiable et irréversible des armes nucléaires par les deux Corées est essentiel pour que la communauté internationale puisse

avoir confiance dans le régime de non-prolifération inscrit dans le TNP et dans le système de garantie de l’Agence internationale de l’énergie atomique.

Monsieur le premier ministre, nous sommes très conscients des énormes défis auxquels le Canada est confronté. Rien que les changements climatiques, les responsabilités environnementales et le besoin urgent de sevrer notre société de sa dépendance aux combustibles fossiles suffisent déjà à surcharger l’agenda, et pourtant nous savons que ce ne sont là que quelques-uns des enjeux qui exigent votre attention et celle de votre gouvernement. Néanmoins, nous vous implorons d’attribuer au désarmement nucléaire une priorité beaucoup plus grande parmi tous ces autres enjeux et défis. La menace nucléaire est réelle et l’irresponsabilité qui règne aujourd’hui à Washington et à Moscou rend encore plus urgente la nécessité de l’enrayer. Le régime international de non-prolifération et de désarmement nucléaires a besoin de l’aide du Canada, travaillant de concert avec les autres pays qui, comme lui, sont résolus à libérer notre monde du péril nucléaire.

Les propositions que nous avons énoncées constituent un programme constructif et d’envergure pour une diplomatie canadienne revigorée en matière de désarmement nucléaire. Nous vous les recommandons et comptons bien recevoir bientôt vos réactions à chacun des points mis de l’avant. Nous serons heureux de partager vos réponses avec tous nos adhérents et les 19 organisations de la société civile représentées dans nos réseaux.

Veuillez agréer, Monsieur le premier ministre, l’expression de notre très haute considération.

Ernie Regehr
Président du Comité d’orientation du RCCAN

Bev Delong
Présidente du Comité exécutif du RCAAN

 

Cc: L’Honorable Chrystia Freeland
L’Honorable Andrew Scheer, chef de l’Opposition et du Parti Conservateur
Jagmeet Singh, chef du Nouveau Parti Démocratique
Elizabeth May, cheffe du Parti Vert
Rhéal Fortin, chef intérimaire du Bloc Québécois